L’eau est devenue un enjeu majeur pour le 21e siècle, à cause de la raréfaction des ressources, de son utilisation excessive et de qualités de traitement pas toujours satisfaisantes. L’idée de récupérer l’eau de pluie est très ancienne, mais présente un intérêt sans cesse croissant pour l’avenir. Pour arroser son jardin, alimenter son WC, laver son linge ou sa voiture, sa qualité est tout à fait suffisante. Un système avec un récupérateur eau de pluie peut couvrir facilement 50 % des besoins de la maison.

Quelques chiffres pour démarrer. Une chasse d’eau consomme en moyenne 10 litres, une douche 50 litres, un bain 100 litres. 2,5 % seulement de la consommation totale servent à boire et à cuisiner, tandis que le tiers passe dans les toilettes. On comprend que la plus grande partie de l’eau nécessaire à la vie d’un foyer pourrait être couverte par une récupération des écoulements de la toiture, dans les régions où la pluviosité le permet. L’installation est relativement simple, il faut juste disposer d’une capacité de stockage suffisante.

La qualité chimique de l’eau de pluie est très proche de celle d’une eau potable. Elle est idéale pour arroser pelouse, fleurs et légumes du jardin. Pour la lessive, elle laisse le linge très doux, car sa teneur en calcaire est négligeable. Elle peut malheureusement être polluée par les émanations de l’industrie et de l’agriculture. Oxydes d’azote, souffre, insecticides, métaux lourds se retrouvent à des milliers de kilomètres de leurs points d’émission. À cela se rajoutent les saletés qui proviennent du toit : excréments d’oiseaux, feuilles mortes, poussières. Il faut se méfier des couvertures en evrite et en toile goudronnée qui émanent des composés toxiques. La citerne elle-même peut accumuler des impuretés. L’eau ainsi stockée est utilisable telle quelle pour la majorité des applications. Elle devra subir une filtration suffisante pour sa consommation.

De nombreuses sociétés proposent différents modèles de récupérateur eau de pluie. Les citernes aériennes sont les plus simples à mettre en œuvre, mais comme elles sont généralement entreposées à l’extérieur, elles sont soumises au climat. Les matières plastiques utilisées, même traité anti UV, se dégradent sous l’effet de la chaleur et du soleil. L’hiver alors qu’elles sont en train de se remplir, elles subissent le gel qui bloque et endommage cuve, tuyaux et pompe. Un récupérateur eau de pluie enterre ne prend pas de place, et est protégé du froid et de la chaleur. L’effet cave préserve la qualité de l’eau emmagasinée durant l’été en la gardant au frais.

L’idéal est de penser l’intégration du récupérateur au de pluie enterrée lors de la construction de la maison. Il est alors facile de faire procéder à l’excavation d’une fosse suffisante pour déposer la cuve, ainsi qu’à l’installation d’une double tuyauterie distincte pour l’eau de récupération et l’eau potable. On peut aussi profiter de l’installation d’une piscine pour mettre en place le système. De toute façon, l’augmentation constante du prix de l’eau potable permet un amortissement rapide de l’ensevelissement d’une cuve même sans effectuer d’autres travaux.

Autre avantage non négligeable, l’installation d’un système de récupération d’eau de pluie par une entreprise bénéficie d’un taux de TVA réduit pour la main d’œuvre, les matières premières et les fournitures nécessaires à la réalisation des travaux. Écologique et économique, la récupération de l’eau de pluie est vraiment rentable.

Faites des économies : grâce au récupérateur d’eau de pluie vous pouvez diviser votre facture par deux ! Plus de 30 % de l’eau potable est utilisée pour les toilettes alors que n’importe quelle eau ferait bien l’affaire. Avec un récupérateur eau de pluie enterré, vous dissimulez votre installation et ne perdez pas de place.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici